Perquisitions…. Désillusions

Suite à l’article publié par France Info Grand Est,

L’association Le Choix se décide à commenter une actualité dont elle était informée par certains de ses membres dès le début des faits :

Environ 150 perquisitions ont eu lieu le 15 octobre en France afin de rechercher les personnes détentrices du produit « Pentobarbital », qui leur aurait permis de mettre fin à leurs jours sans souffrance.

En effet, il n’y a que certains de nos proches pays voisins qui puissent satisfaire à une demande d’interruption volontaire de vie et par des textes précis apporter au demandeur cette « sécurité psychologique » qu’elle représente, alors que 60 % des français considèrent que le droit à l’euthanasie devrait être encadré et effectif uniquement en cas de souffrance grave et incurable (Publication Ipsos mars 2019).

Si la clandestinité dérange, elle répond pourtant bien à une demande qui peut être légitime.

La réponse apportée est répressive. Elle doit cependant aussi être politique. C’est pourquoi nous continuons de demander à ce qu’une loi autorise l’aide active à mourir.

Dans cette attente, des hommes et des femmes qui avaient cru s’être procuré la possibilité de ce choix, victimes collatérales de ces opérations de police, sont maintenant dans une totale désillusion, désemparés, irait-on même jusqu’à dire désespérés ?

La maturation des sujets sociétaux est lente. Pourtant il faut continuer à croire et à agir pour que cette évolution des mentalités, au-delà des résistances, devienne réalité possible vers l’avenir…

Paris, le 19 octobre 2019